Le role de l’approche communicative dans l’enseignement des langues etrangeres | Статья в журнале «Молодой ученый»

Отправьте статью сегодня! Журнал выйдет 3 августа, печатный экземпляр отправим 7 августа.

Опубликовать статью в журнале

Авторы: , ,

Рубрика: Педагогика

Опубликовано в Молодой учёный №24 (262) июнь 2019 г.

Дата публикации: 14.06.2019

Статья просмотрена: 2 раза

Библиографическое описание:

Хужаева З. Х., Садикова Г., Эшниязова Г. Х. Le role de l’approche communicative dans l’enseignement des langues etrangeres // Молодой ученый. — 2019. — №24. — С. 458-459. — URL https://moluch.ru/archive/262/60450/ (дата обращения: 22.07.2019).



В данной статье речь идет о роли коммуникативного подхода в обучении иностранным языкам, а также рассматриваются преимущества такого подхода при формирования языковых навыков у учеников и в изучении французского языка как иностранного.

Ключевые слова: коммуникативные компетенции, языковые компетенции, мотивация, лингвистические элементы, коммуникативный подход.

L’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère est axé principalement sur l’oral. Il vise à développer des compétences de communication qui englobent la compréhension orale et l’expression orale. Dans cette démarche, les tâches et les activités doivent être variées pour maintenir la motivation des apprenants. Elles doivent de plus associer le dire et le faire. Elles suivent une progression répondant à des objectifs précis, définis en terme d’éléments langagiers en relation avec les savoir–faire correspondants attendus des apprenants.

Dans notre article nous avons taché d’expliquer les avantages de l’approche communicative pour former les compétences langagières aux apprenants et pour l’utiliser dans l’enseignement/apprentissage de français langue étrangère. Nous avons essayé de trouver les solutions au choix des supports, des documents audiovisuels, à l’exploitation de ces documents, à l’utilsation de l’approche communicative dans le processus d’enseignement/ apprentissage des langues étrangères, à son rôle et sa place.

L’approche communicative a pour objectif de développer chez les élèves des capacités à comprendre mais aussi à s’exprimer à l’oral ou à l’écrit. Pour cela, il faut que les élèves utilisent en cours la langue qu’ils apprennent. Quand on utilise l’approche communicative, on ne fait jamais un cours uniquement de grammaire, mais on met ce cours en relation avec des situations de communication dans lesquelles les éléments de grammaire seront utiles pour pouvoir comprendre ou s’exprimer. Ces situations de communication peuvent être:

− des vraies situations de communication, par exemple quand l’enseignant demande aux élèves de raconter un événement qu’ils ont vécu;

− des simulations (qu’on appelle aussi des jeux de rôles), par exemple quand les élèves inventent un dialogue entre un commerçant et un acheteur ou entre un fonctionnaire et quelqu’un qui vient chercher un document administratif;

− des jeux dans lesquels les élèves utilisent la langue pour communiquer en s’amusant.

Le premier avantage, quand on utilise une approche communicative en classe de langue, c’est qu’on met les élèves directement dans une situation où ils utilisent la langue. Ceci les prépare efficacement aux moments de leur vie présente ou future où ils auront besoin des compétences communicatives travaillées en classe. Ils pourront utiliser les différents éléments linguistiques (grammaire, vocabulaire et structures, phonétique, etc…). Par ailleurs, mettre en oeuvre une approche communicative en cours de langue permet d’augmenter la motivation des élèves. Quand ils font un jeu ou quand ils inventent des dialogues, ils s’amusent et apprennent en faisant peu d’efforts.

Depuis quelques années, les spécialistes de didactique des langues parlent également de l’approche actionnelle, faisant partie de l’approche communicative, en amenant les élèves à mettre en oeuvre et à développer leurs compétences dans la réalisation de tâches. Les apprenants doivent être motivés par la tâche qu’ils ont à accomplir (par exemple informer les autres élèves sur des maladies graves, s’inscrire à un concours...). Cette motivation les incitera à réfléchir à la manière de s’y prendre pour réaliser la tâche et à envisager les éléments importants pour la mener à bien. L’approche communicative et l’approche actionnelle s’appuient beaucoup sur le travail de groupe, le jeu, le jeu de rôles, etc.

Parmi les activités de communication langagière, l’écrit a évidemment sa place, comme l’oral, en production comme en réception, en interaction et en médiation. Voilà quelques exemples d’activités à l’écrit:

− production à l’écrit: formulaires, articles, rapports, notes, textes libres, lettres…

− réception à l’écrit: lecture pour s’orienter, s’informer, suivre des instructions, apprendre, se distraire …

− interaction à l’écrit: correspondance, forums en ligne, négociations …

− médiation à l’écrit: traductions, résumés, reformulations …

Ces diverses activités sont distinguées pour les besoins de la description, mais dans la vie comme dans la classe, elles constituent un continuum et parfois se recouvrent.

Comment peut-on définir l’écrit? Selon Dictionnaire actuel de l’éducation, l’écrit signifie: «le domaine de l’enseignement de la langue qui comporte l’enseignement et l’apprentissage de la lecture,de la graphie, de l’orthographe, de la production de textes de différents niveaux et remplissant différentes fonctions langagières» [3].

L’expression est un moyen d’action mis en œuvre par un émetteur sur un destinataire, le premier voulant produire un effet sur le second grâce à la langue.

S’exprimer, c’est chercher à combler un manque, chez le destinataire (à qui l’on donne une information) ou chez l’émetteur (qui demande une information). Le destinataire ne connaît pas le contenu du message qu’il va recevoir. Il a certes la possibilité de le prévoir, d’anticiper, avec une plus ou moins grande précision, mais il demeure une part essentielle de découverte. Si l’on veut placer l’apprenant dans une situation de communication authentique, il conviendra de préserver cet enjeu de la communication: le déficit d’information.

Donc, l’authenticité est à rechercher en expression écrite, par la mise en situation de la production. La simulation est ici nécessaire. Que vérifiez dans une consigne ainsi formulée: Racontez vos vacances? La communication se situe dans un cadre uniquement scolaire, puisque l’apprenant raconte une historie, dans une copie destinée à son professeur, pour obtenir une bonne note. Situation de communication que l’élève ne rencontrera jamais hors de l’école, et dépourvue de tout objectif pratique donc. Il conviendrait de reformuler la consigne, de la façon suivante par exemple: Vous écrivez une lettre à un ami pour lui racontez ce que vous avez fait pendant vos dernières vacances d’été.

C’est donc par la mise en situation authentique que l’expression écrite pourra remplir son but: mettre l’apprenant dans une situation de communication déterminée à laquelle il devra approprier son discours, conformément aux contraintes linguistiques, discursives et socio-culturelles qu’elle contient. On comprend dès lors que l’expression, située dans un contexte situationnel, ne peut être confondue avec la capacité à produire une phrase correcte dans un exercice de grammaire.

Littératures utilisées:

  1. Cadre européen commun de référence pour les langues: apprendre, enseigner, évaluer, Paris, Didier, 2001
  2. Lafontaine, D., Grisay, A., et Orban, M. Enseignement et enseignants: mutations et perspectives à l’heure des nouvelles technologies. Liège: Laboratoire de Pédagogie Expérimentale, Université de Liège. 1987.
  3. ROBERT, J.-P. Dictionnaire pratique de didactique du FLE. Lassay-les-Châteaux: EMD S. A. S., 2008, p. 76.


Задать вопрос