Библиографическое описание:

Гасанов Э. Л. Historique de l’ancienne ville de Gandja [Текст] // Исторические исследования: материалы III междунар. науч. конф. (г. Казань, май 2015 г.). — Казань: Бук, 2015. — С. 139-142.

L'Azerbaïdjan se trouve au carrefour de l'Europe et de l'Asie. Avec son climat doux, ses richesses naturelles et pour sasituation géographiquement et naturellement avantageuse l'Azerbaïdjan est très célèbre dans le monde entier. Notre pays est la partie importante de la sivilisation humaine. Ganja est l'une des anciennes villes dans le monde. Sur la base de nouvelles méthodes et technologies innovantes ont été étudié les principales caractéristiques de la formation de la culture urbaine dans la ville antique Ganja dans ce travail scientifique.

Mots-clés: Azerbaïdjan, Gandja, traditions artisanales

 

La Introduction

De ce point de vue Gandja est aussi l'un de plus ancien centre culturel de l'Azerbaïdjan. Ayant une histoire de 4000 ans Gandja est célèbre de son İmamza-dé, comme un lien de pélerinage et comme un monument historique du monde oriental. Gandja est l'une des anciennes villes dans le monde. Sur la base de nouvelles méthodes et technologies innovantes ont été étudié les principales caractéristiques de la formation de la culture urbaine dans la ville antique Ganja dans ce travail scientifique. L'Azerbaïdjan se trouve au carrefour de l'Europe et de l'Asie. Avec son climat doux, ses richesses naturelles et pour sasituation géographiquement et naturellement avantageuse l'Azerbaïdjan est très célèbre dans le monde entier. Notre pays est la partie importante de la sivilisation humaine. Aujourd’hui musée d’étnographie d’Etat de Gandja il y a 30.000 (trente mille) monuments protégés prouvant 40 mille ans de Gandja. Au milieu du septième sciècle, à Gandja, les écoles, les madrassas, les bibliothèques privées et publiques, ”Maison de sagesse”,” centre de guérison” ont été établis. La situation climatique importante (de la région), le beau paysage, la fortune naturelle riche, les resources d’homme de la région font connaître Gandja non seulement en Azerbaïdjan, mais aussi dans le proche et moyen Orient comme un des centres culturels, économiques et industriels. Avant de Jesus Christ (J.C) dans les années 400 (quatre cents) il a eu lieu un tremblent de terre très dévastateur, épicentré à 25 (vingt cinq) kilomètre de la ville Gandja moderne. Après le terrible tremblement de terre le sud de la ville était complètement détruite. Malgré le changement de l’emplacement, le château est toujours appelé par la population locale. Il s’agit d’une très vaste zone de forêt et dans le forêt, avec les matériaux de construction locaux construite sur les ruines de la magnifique château et les murs de la ville et les ravitaillement du port atteint jusqu’à nos jours.

Un géographe éminent Strabon qui vivait au premier siècle avant J. C. avait écrit sur les condition géographiques naturelles de Gandja. La terre planté une fois donne la fruit une fois, même deux fois cinquant fois plus an, dans la condition sans mettre au pacifique, la bourer avec l’araire. Toute les plaine étaient arrosées avec les rivières et d’autres eaux mieux qu’en Egypte et Babilon. C’est pourquoi il y avait beaucoup de pâturages. En outre, ici l’air était pur que là bas. Strabon avait comparé le territoire de Gandja avec celui de Babilon et l’Egypte qui avait 5 mille ans de culture. La terre de Gandja était plus préfére que celui de l’Egypte et Babilon. Depuis sa création et l’emplacement d’au moins 5 fois, l’évolution des aspects géopolitiques et stratégiques situait dans une situation favorable. Gandja attirait toujours l’attention des envaisseurs. Plusieurs fois Gandja étant la victime de quelques tremblements de terre, ainsi que les Perses, les Géoggiens, Kharazm, les Mongoles, les Arabes et les russes ont attaqué sur Gandja et l’ont ruiné complètement.

Dans l’arène de la guerre et de la destruction causée par des coupes répétés à Gandja, la ville n’est pas tremblé. Gandja s’est devoloppé en prenant la force des racines turque au niveau des grandes villes.

Le nom de la ville est tiré des tribus turcophones «Gəncəklər» (Gandjaklar). Aux différents étapes de l’histoire de l’Azerbaïdjan Gandja tout en conservant son statu, les traditions de l’ancien Etat et l’indépendance était d’une grande importance. Cette ville avait été le province principale du Califat en VIIe siècle, en XIe siècle des Saldjouq, en XII-XIII siècle le siège principale en état Atabaylar.

D’après les recherches scientifiques du célèbre savant orientalist Bertels en 1139 à Gandja pendant le tremblement de terre 300 mille habitants étaient morts. Ce fait a prouvé la puissance et la grandeur de la ville à nouveau. Attire de comparaison, ilonvient à noter que au milieu de XIII siècle dans les grandes villes européens vivaient à Paris 100 mille habitants, Zondre 40–50 mille habitants.

Selon les fouilles archéologiques à long terme menées par les archéologues Zare, Morgan Virkhov, Belk, Resler, Yvanovski, Rozendorf, Schulz, Skinder, Paritsenmayer, les frères Hummels et Ysak Djafarzadeh la ville a confirmé au moins 4000 (quatre mille) ans d’histoire. D’après les fouilles menées sur le côte gauche de la vallée de Gandjachay avec l’éthnique allemande frères Hummel. Il existe des mines minérais, les gisements de minérai et non gisement et ces gisements prépare la voie du developpement de l’industrie métallurgique non ferreuse et la sidérurgie. L’industrie métallurgique donne la possibilité de créer une bonne situation pour l’activité des grandes usines d’alminium et de fonte produisant d’alminie et de fonte dans la ville.

Les autres complexes industriels modernes comme: électronique, la construction des machines-outils, la construction de machines et la production de camion fonctionnent dans la ville. La ville se trouve sur la route de Soie. Dans la ville il y a des différents domaines de l’industrie légère comme: la couture (broderie), le tissage, le métier de tapissier qui reflètent chez lui les traditions des mœurs nationnals étant habituelles pour l’orient. Ҫa cause l’activité des grandes entreprises de l’industrie, les fabriques de couture, les groupes d’usines combinées de tapis et de tissage.

Et pendent l’époque de moyen âge, il y avait un système de transport excellent de Gandja. Si en Europe le moyen de transport souterain était construit au milieu de XXe siécles. Au moyen âge, à Gandja avait été déjà construit un système de route souterrain à deux étages qui pourrait traverser les phaétons. Ici il y avait la circulation du peuple et de transport, en même temps on y avait situé les autres systèmes de communication.

Le mausolée de cheïkh Nizami

L’étoile éternelle du ciel de la sagesse le poète et d’Azerbaïdjan Nizami Gandjavi est né à Gandja dans la famille d’aristocrate (noble) et y a changé sa monde. Dans son ensemble, pour la sivilisation humaine il a crée un monument de moral matériel. Le mausolée de chéïkh Nizami, érigé au début de XIIIe siècle à Gandja,dès sa construction s’est transformé au lieu de saint (pèlerinage) du peuple «Irfan» et des hommes au bout des siècles. Ce lieu de pèlerinage est devenu le lieu saint non seulement pour les habitants local et pour les hommes qui aimaient Nizami et aussi pour les penseur célèbre de l’orient. Le mausolée est un peu détruit pendant les guèrres qui ont été faites dans le champs de «Chikh» par Chah Abbas I en 1606, Hadji Tchalabi en 1752, le peuple de Gandja en 1826. En 1909 et 1911 le tombeau du célèbre poète Nizami à été reconstruit par les intellectuels de Gandja et a été présenté au peuple d’ Azerbaïdjan. On a fait une fouille archéologique et on a trouvé les restes anciens du mausolée.En effet des fouilles archéologique on a déterminé que la tombe de Nizami a était construite en XIIIe siècle.Son territoire constitué 101,12 m2 (metre carré) et l’épaisseur 1m 72 sm est confirmé. D’après les résultats des fouilles archéologiques, sur les restes du mausolée de Nizami on a fait une preuve évidente.

En 1947 on a reconstruit un mousolé de 15,2 m hauteur concernant le style architectural de Gandja. La même époque dont ce lieu saint a été transformé à un grand pèlerinage de l’URSS. En 1969 le leader bisaieul Haydar Aliyev a signé quelques ordonnances pour améliorer l’apprentissage de la publication et propogande de l’héritage littéraire du grand poète Nizami. Khamsa avait été traduite en anglais, russe, français, almande et a été livré aux peuples du monde. D’après les ordonnances et décisions du leader bisaieul Haydar Aliyev, en 1981 le 840 (huit cent quarantenaire) anniversaire a été célébré cérémonieux dans la patrie natale en présence des grands oriantalistes, hommes de lettres qui s’occupent de la créativité de Nizami.

Conformément au décisions et ordonnances du leader bisaïeul Haydar Aliyev et l’inittative de UNESCO en 1991 on a décidé de célébrer le 850 (huit cent cinquantenaire) jubilé de Nizami à l’échelle mondiale. Malgré que la République a véçu dans une situation de guerre et une crise politique,on a apporté les granits rouges de l’Oukraine et des matériels locales. On a construit un complexe grandiose de Mausolée ayant un hauteur de 22,4 m et de 8 (huit) coins.

Sur la varangue située dans le monument, les visiteurs sans toucher le sépulcre (tombeau) visite et font des courbettes la tête devant la grande personnalité.

En même temps, le complexe «Khamsa» haussé (érigé) à côté du Mausoléé par le peintre populaire Qorkhmaz Sudjaddinov aide pour présenter les œuvres de Nizami aux visiteurs. Ce complexe montre le Mausolée plus majestueux (magnifique). Le 28 decémbre 2011 le président de la République d’Azerbaïdjan a donné une ordonnance pour célébrer le 870 (dixième) anniversaire de Nizami Gandjavi. En relatif de cette ordonnance en 2012 le jubilé de Nizami a été célébré cérémonieux en présence de 150 orientalistes, hommes de lettres qui s’occupent de la créativité de Nizami Gandjavi l’hommes d’Etat, les personnalités publiques, hommes politiques de 40 pays du monde.

A la veille du jubilé, avec l’initiatif du Pouvoir Exécutif de Gandja «Une petite ville» de Nizami a été construite sur le champ de Chikh. On a fait une réparation énorme dans le Mausolée du poète. 35 h de territoire du Mausolée est devenu un pèlerinage attirant avec ses infrastructures coincidant au paysage.

Avec ordonance du Présidant du pays, on a nommé le champs Chikh «Les Chiknamaz» à l’honeur de cette génération. Devant le Mausolée «Une musée de Nizami» a été construite à l’occasion de 870 (huit cent esoixante dixième) anniversaire du célèbre poète. Dans le musée on a fait assembler les exposés étnographiques et les autres exemples historiques ayant des valeurs scientifiques.

Avec une grande initiative du Pouvoir Exécutif de Gandja, les manuscrits et les miniatures protégés dans le musée de Metropol des Etats Unis, la bibliothèque de l’Université «Yale», la bibliothèque de Strasbourg de France, la bibliothèque «Isgandariyye» de l’Egypte, la bibliothèque Nationale de Grand Bretagne, la bibliothèque d’Allemagne, la bibliothèque nationale de l’Autriche sont apportés à Gandja. Les exposés étnoqraphiques, les instruments musicales assemblés comme la culture matériel présentent Gandja de l’epoque de Renaissance.

Avec sa sagesse, ses profondes idées filosophiques, ses jugements et son état de reflexion il a gagné une réputation mondiale. Le lieu où ci-gît célèbre poéte d’Azerbaïdjan a étè transformé comme toujours au lieu saint.

Déduction:

1.                  L'Azerbaïdjan se trouve au carrefour de l'Europe et de l'Asie. Avec son climat doux, ses richesses naturelles et pour sasituation géographiquement et naturellement avantageuse l'Azerbaïdjan est très célèbre dans le monde entier.

2.                  Gandja est l'une des anciennes villes dans le monde. Sur la base de nouvelles méthodes et technologies innovantes ont été étudié les principales caractéristiques de la formation de la culture urbaine dans la ville antique Ganja dans ce travail scientifique.

3.                  Le nom de la ville est tiré des tribus turcophones «Gəncəklər» (Gandjaklar). Aux différents étapes de l’histoire de l’Azerbaïdjan Gandja tout en conservant son statu, les traditions de l’ancien Etat et l’indépendance était d’une grande importance. Cette ville avait été le province principale du Califat en VIIe siècle, en XIe siècle des Saldjouq, en XII-XIII siècle le siège principale en état Atabaylar. L’étoile éternelle du ciel de la sagesse le poète et d’Azerbaïdjan Nizami Gandjavi est né à Gandja dans la famille d’aristocrate (noble) et y a changé sa monde. Dans son ensemble, pour la sivilisation humaine il a crée un monument de moral matériel. Le mausolée de chéïkh Nizami, érigé au début de XIIIe siècle à Gandja,dès sa construction s’est transformé au lieu de saint (pèlerinage) du peuple «Irfan» et des hommes au bout des siècles. Ce lieu de pèlerinage est devenu le lieu saint non seulement pour les habitants local et pour les hommes qui aimaient Nizami et aussi pour les penseur célèbre de l’orient.

 

Références:

 

1.      Taylor P., Hasanov E. L. (2013). Ethnological features of cultural heritage of Ganja (On the basis of Mahsati Ganjavi¢s creation). International scientific journal Theoretical & Applied Science. #12(8), pp. 41–44.

2.      The dawn of Art. (1974). Leningrad: Aurora Art Publishers. 196 p.

3.      Hasanov E. L. (2014). Sur la formation de la culture urbaine de Gandja. International scientific journal Theoretical & Applied Science. #7(15), pp. 46–49.

4.      Azərbaycan etnoqrafiyası (2007). 3 cilddə, I c., Bakı: Şərq-Qərb. 544 s.

5.      Nərimanov İ. Gəncəçay rayonunun abidələri. Bakı, 1958.

6.      Зубов П. Картина Кавказского края. Т. IV, СПб., 1834–1835, с. 34.

7.      Həsənov E. L. (2012). Gəncə İmamzadə türbəsi (tarixi — etnoqrafik tədqiqat). Bakı: Elm və təhsil. 268 s.

8.      Eminli C. T. Azərbaycanın ellinizm dövrü boyalı saxsı məmulatı. AMEA-nın «Xəbərləri», Bakı, 2008, № 9.

9.      Azərbaycan tarixi üzrə qaynaqlar. (1989). Bakı: Azərbaycan Universiteti nəşriyyatı. 328 s.

10.  Häsänov E. L. (2012). Die Gändschänischen teppiche von XIX — XX Jahrhundert als geschichtliche — ethnographische quelle. European Science and Technology (Die Europäische Wissenschaft und die Technologien): 2nd International scientific conference. Bildungszentrum Rdk e. V. Wiesbaden. p. 26–27.

11.  Guliyeva N. M., Hasanov E. L. (2012). New ethnographic approach to the research of main decorative — applied arts of Ganja of the XIX — XX centuries. International scientific conference — Achievements in science: new views, problems, innovations. Lodz. p. 56–58.

12.  Burton-Brown T. (1951). Excavations in Azerbaijan, 1948. London. 250 p.

13.  Кавказский календарь на 1854 г. Тифлис, 1853, с. 338–341.

14.  Алиева А. С. (1973). Ворсовые ковры Азербайджана XIX — нач. XX веков. Баку: Элм. с. 21–25.

15.  Şərifli M. X. IX əsrin II yarısı-XI əsrlərdə Azərbaycan feodal dövlətləri. Elm nəşriyyatı, Bakı, 1978.

16.  Guliyeva N. M., Hasanov E. L. (2013). Investigation of basic decorative-applied arts of Ganja on the basis of some innovative arguments and technologies. Science and Society: Proceedings of the 3rd International scientific-practical conference. London. p. 281–291.

17.  Hasanov E. L. (2013). Innovative results of ethno-archaeological researches in Ganja (On the basis of handicraft patterns). Global Science and Innovation: Proceedings of the 1st International scientific conference. Chicago: Publishing house Accent Graphics communications. #1, pp. 251–253.

18.  Əhmədov Q. M. Azərbaycanın şirsiz saxsı məmulatı. Bakı, 1996.

19.  Hasanov E. L. (2013). About fundamental studies on local cultural traditions of Ganja. European Journal of Natural History. #3, p. 65–68.

20.  Hasanov E. L. (2014). Ethno-anthropological importance of the main handicraft traditions of Ganja in research of history of Eurasia till XX century. International Multidisciplinary Research Journal European Academic Research, vol. II, Issue 3, pp. 3848–3866.

21.  Azərbaycan tarixi (7 cilddə). VII cild, Bakı, 2008.

22.  Hasanov, E.L. (2014). Approccio innovativo per lo studio scientifico delle tradizioni artigianali grandi Ganja seconda metà del XIX-inizi XX secolo. Recensione Science Italiano, #4(13), pp. 642–645.

23.  Azərbaycan tarixi. (Süleyman Əliyarlı. (Uzaq keçmişdən 1870-ci illərə qədər). Bakı, 1996.

24.  Azərbaycanın maddi-mədəniyyəti. IV c. Bakı, 1962.

25.  Cəfərzadə İ.Qədim Gəncənin tarixi-arxeoloji oçerki. Bakı, 1949.

26.  Göyüşov R. Azərbaycan arxeologiyası. Bakı, 1986. с. 2.

27.  Nizami Gəncəvi adına Gəncə Dövlət Tarix-diyarşünaslıq muzeyinin arxivi, N 401.

28.  Nizami Gəncəvi adına Gəncə Dövlət Tarix-diyarşünaslıq muzeyinin arxivi, N 392.

Обсуждение

Социальные комментарии Cackle