Библиографическое описание:

Худайберганова Н. Р., Бекджонова З. И. Comment favoriser la prise de parole des élèves ou des étudiants en cours de français? // Молодой ученый. — 2016. — №15.3. — С. 25-26.



Tout d'abord on doit choisir l'objectif de la leçon et avec cela, on doit marquer le niveau (A1, A2, B1, B2) des étudiants, les supports et la durée des activités. Encore, on doit faire attention au Premiere démarche commence par la salutation et interrogation sur le thème passé. Cela comprend de 5min. ou 10 min.maximum si la durée de notre leçon est 80 min. Pour augmenter la reaction des étudiants on peut utiliser un questionnement ou bien des images: on pose des questions sur les differents problèmes qui appartient au thème passé: Où?, Quand?, Comment?, Quelle?. Ainsi les étudiants essaient à les repondre et la groupe sera vive. Dexiemement le professeur doit dire l'objectif de la nouvelle leçon. Par exemple: les étudiants de deuxieme année (les adultes), niveau B1. Les objectifs: Objectifs communicatifs (savoir-faire)- ecrire un résumé, demander des informations, exprimer des sentiments etc. Objectifs liguistiques — par grammaticaux on doit savoir infinitif ou subjonctif, le subjonctif présent et passé, les pronomes relatifs simples etc. Par la lexique — les expressions du sentiment, le vocabulaire de l'image donné etc. Objectifs socioculturels — connaître les différences culturelles. Et par la méthodologique — on peut classer et organiser des informations, reformuler (travail en binom). On passe deroulement de sequence: ici on peut rencontrer à la question qui realise et comment? Mais biensûr, les realisateurs sont les étudiants et le professeur: les étudiants — en autonomie ou bien en binom, et le professeur par le questionnement ou bien par les documents autentiques. Avec quels supports pédagogiques et les outils on peut y realiser? On doit utiliser un clip video, le son, fiche apprenant, et par les nouvelles technologies on utilise reproprojecteur, tableau, presentation (des slides). La durée effective de chaque activité est 10 min ou 15 min.maximum. D'abord on ecrit le nouveau théme au tableau: par exemple:«la nuit de Noël» après un questionnement on commence exercice1: énumerer les caractéristiques de la période hivernale en nommant ce qu'il y a dehors et dedans. Ici communication centrée parfois enseignant-étudiants, parfois étudiants-étudiants. On peut les partager en deux ou trois groupes et organiser un jeu: décrire la photo- un seul groupen a la photo. L'autre doit pouvoir la reconstituer ou la dessiner sommairement en posant des questions auxquelles le 1er groupe ne peut répondre que par oui ou non. On peut aussi créer des groupes de deux et faire les pantomime pour faire parler des étudiants. A la fin de chaque activité on doit faire la correction. Parce que les étudiants veulent savoir toujours leurs hypothèses et leurs reponses sont vrai ou faux. En plus, les certains apprenants veulent savoir leurs erreurs et les verifier pendant la leçon. Encore à la fin de la leçon on doit encourager la participation des apprenants. Et encore, par observation de classe, nous pouvons choisir par exemple de distinguer l'observation méthodologique, l'observation des contenus, l'observation des interactions dans la classe.Cette dernière permet d'éclairer l'observation méthodologique. Mais il s'agit toujours d'observation, autrement dit de noter de façon objective, quantative et descriptive, donc, un maximum de faits que l'on a pu noter touchant ce déroulement de la leçon: part de la prise de parole des apprenants et de la prise de parole enseignante? Y a-t-il eu du travail de groupe et des interactions langagière entre apprenants? la leçon se termine-t-elle sur des exerciciex classique de grammaire ou débouche-t-elle sur une tâche? etc. L'observation est toujours au service de la formation. On peut demander per exemple: Qu'avez — vous appris sur vous, aujourd'hui? Pouvons-nous revoir comment vous avez pensé le questionnement et comment il s'est passé en réalité? etc. C'est l'observé qui doit suggérer des changements. L'enseignant veillera à distribuer les tours de paroles, recentrer les discussions et éviter les jugements. Pendant l'apprentissage d'une langue comme langue étrangère on peut rencontrer à plusieurs difficultés si on enseigne les étudiants qui ont la specialité de mathématiques, de chimie (spécialité non philologie). Il est difficiles les enseigner une langue, parce qu'on a toujours les difficultés de prononciation, on a difficultés de comprendre les règles grammaticales et phonétiques, mais par les jeux organisés avec eux on peut faire une leçon facile à comprendre pour eux. Selon moi, je crois que les enseignants des langues étrangeres doit connaitre toujours les nouvelles technologies et les methodologies pour organiser des leçons plus intéressantes plus compréhensibles pour tous.

Les litteratures utilisees:

  1. Janine Courtillon -Elaborer un cours de Français langue étrangere. Hachette 2003.
  2. Dictionnaire franco-ouzbek. Tashkent. 2008.
  3. http://ironie.free.fr/index.html

Обсуждение

Социальные комментарии Cackle